Le reprisage comme une œuvre d’art

Publié le par Melanie Gourlain - mis à jour le - Actualité

« Zut mes chaussettes sont trouées ! »… Avez-vous remarquez comme nos chaussures, jeans, t-shirts, pull et autres vêtements ont tendance à se percer par l’usure ou lors d’un accro involontaire ?

Si notre mode de vie sur-consommateur aurait vite fait de nous inciter à jeter cette garde-robe usée, heureusement, la prise de conscience d’une consommation plus raisonnée nous invite à chercher d’autres solutions plus écologiques et économiques !

Et pour donner une seconde vie à nos vêtements troués, les créateurs ne sont pas en reste ! A l’instar de la technique japonaise du Kintsugi qui consiste à réparer la porcelaine cassée par de la résine saupoudrée d’or, mettant ainsi en valeur la fêlure ; le reprisage et le raccommodage peuvent eux-aussi devenir de petits chefs-d’œuvre !

 

Le reprisage façon tissage des Gambettes sauvages

Vanessa, créatrice plus connue sous le nom des Gambettes sauvages, fait du reprisage une technique à part entière qui permet de réparer les trous tout en customisant ses vêtements :

« J’en suis venue au reprisage en tachant /trouant mes vêtements préférés. Comme je ne voulais pas m’en séparer, je devais trouver une solution alors j’ai commencé à les réparer avec une technique approximative. 

J’ai ensuite appris la technique avec la créatrice japonaise Misumi Noriko, venue animer des ateliers à Paris. J’ai revisité cette technique avec les couleurs que j’aime et que l’on retrouve souvent dans mon travail ».

Quelques fils moulinés aux couleurs vives, un peu de lurex parfois pour plus de fantaisie… et voilà ses chaussettes, pulls, jeans et même baskets qui retrouvent une seconde vie !

Le reprisage comme une œuvre d’art

Auteur du livre « Broderie Upcycling » aux Editions Glénat , Vanessa partage son savoir faire lors d’ateliers et aussi, désormais, grâce à des cours en ligne . Restez à l’écoute, son prochain livre créatif est en cours de réalisation !

Le reprisage comme une œuvre d’art

Les reprises engagées des Résilientes

En collaboration avec l’association Emmaüs  Alternative, les Résilientes est un studio de design qui veille à donner une chance aux hommes et une deuxième vie aux objets. Ce studio utilise des matières et objets de seconde main pour réaliser des pièces uniques avec l’aide de personnes en insertion professionnelle.

 

Certaines de leurs collections sont consacrées au reprisage de vêtements :

  • « la reprise » est créée à partir de pulls neufs en cachemire qui ne peuvent être vendus car ils ont des défauts. L’équipe des Résilientes transforme ces défauts en réalisant des retouches entre reprise et broderie.
  • « Les cachemires » utilisent la même base de pulls avec défauts en les combinant entre eux pour créer des pulls aux motifs originaux.
  • « Les régressifs » sont des bouillotes sèches cousues dans des pulls abimés.
Le reprisage comme une œuvre d’art

Le raccommodage inspiré du Japon

La broderie Sashiko, très tendance aujourd’hui, était il y a longtemps utilisée au Japon pour renforcer ou réparer les vêtements. Ces broderies simples et géométriques sont réalisées au point avant avec du fil blanc. La plus part du temps, elles sont réalisées sur un tissu bleu foncé (lin, coton)… Et ce contraste blanc sur bleu a fait que les créatifs s’en sont emparé pour customiser ou réparer les usures des pantalons jeans.

 Adapte de la broderie Sashiko, Olivia Lopez, alias NeedleBox détourne et magnifie cette technique pour rapiécer les vêtements usés.

« J’ai découvert le Sashiko il y a au moins dix ans en feuilletant des livres en librairies. J’ai tout de suite beaucoup aimé et ai recopié tous les livres que je pouvais trouver en français et en anglais, tentant même cette technique à la machine à coudre ! Sur les Salons Créations & savoir-faire et Aiguille en fête, j’ai pu trouver les fournitures spécifiques (tissus imprimés, fil et dé spécial) » nous confie Olivia.

Le reprisage comme une œuvre d’art

Elle a d’abord commencé par décorer et personnaliser des vêtements et de petits accessoires avec cette technique, réalisant des motifs géométriques, des fleurs... Puis elle s’en est servie pour cacher une tâche rebelle ou un petit trou malheureux. Dans ce cas, elle applique un morceau de tissu sur le trou et se sert des points Sashiko pour renforcer ce rapiècement à l’intérieur et à l’extérieur du vêtement. Cela devient un reprisage visible et créatif !

Olivia vous partage sa méthode pour rapiécer un jean :

-          Commencez par glisser un tissu épais à l’intérieur du trou (surtout si il est grand), ou faites un point de maillage avec un fil résistant pour éviter que le trou ne se déforme.

-          Appliquez ensuite un tissu sur le dessus du trou et renforcez le avec des points très simples en ligne droite ou courbe. Vous pouvez vous amuser à faire de petites croix, des lignes parallèles…

-          N’hésitez pas à faire dépasser votre broderie du patch vers le jean pour que votre rapiècement face désormais partie intégrante du jean !

«  Il faut surtout prendre du plaisir et admettre que les choses imparfaites soient belles ! » C’est la philosophie japonaise du Wabisabi qui prône l’élégance de l’imperfection. « J’aime rapiécer des vêtements ou accessoires parce qu’ils peuvent raconter une histoire. Un accro, un trou, une tâche… sont des épisodes de vie. »

Même si le sashiko est une broderie très simple, cela demande de la rigueur et des fournitures adaptées. Vous trouverez fils, aiguilles et tissus sur le site de Sashiko-Ya par exemple.

Réparer les mailles avec la laine cardée 

La laine feutrée peut s’avérer une technique pratique et ludique pour réparer les pulls et autres lainages troués.

Quelques brins de laine cardée de la couleur de votre choix, une aiguille à feutrer, un bloc de mousse à glisser sous le trou à réparer… et vous voilà prêt(e) pour carder de la laine sur les mailles cassées !

Le reprisage comme une œuvre d’art

Un pull réparé à la laine cardée parmi les ouvrages en récup’ réalisés par Les yeux en amande , extrait du Livre Ne les jetez pas ! aux éditions Dessain & Tolra 

 

Les picots de l’aiguille à feutrer vont venir entre mêler la laine cardée et la laine du pull troué pour une réparation solide qui tiendra au lavage.

Vous pouvez opter pour une réparation discrète ton sur ton ou, au contraire, en profiter pour ajouter un motif à l’endroit réparé et jouer avec plusieurs couleurs de laine cardée.

Vous trouverez une large gamme de laine et tous les outils nécessaires au feutrage chez Ô Merveille ! 

Le reprisage comme une œuvre d’art

Vous voilà avec de nombreuses astuces pour repriser vos vêtements troués. Vous n’aurez plus d’excuses pour ne pas continuer à les porter, si joliment réparés !

A vos aiguilles !

Partagez vos reprisages avec #salonCSF

publicité

Ne manquez
aucune actualités
et nouveautés DIY !

Newsletter